Influenza aviaire H5N8 : passage en risque élevé sur l’ensemble du territoire métropolitain

 
Influenza aviaire  H5N8 : passage en risque élevé sur l’ensemble du territoire métropolitain

_

A la suite de la découverte de plusieurs foyers d'influenza aviaire hautement pathogène de type H5N8 dans des élevages du Sud-Ouest et de cas dans la faune sauvage dans le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie, le ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt a décidé par arrêté ministériel du 05/12/2016 de relever le niveau de risque vis-à-vis de la maladie et de passer l’ensemble du territoire national au niveau "élevé".

 ...le ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt a décidé par arrêté ministériel du 05/12/2016 de relever le niveau de risque vis-à-vis de la maladie et de passer l’ensemble du territoire national au niveau "élevé".

 Ce choix a également été motivé par l’évolution rapide de la situation sanitaire en France et dans plusieurs pays d’Europe et par la dynamique de propagation du virus.

L’ensemble du territoire de la Manche est donc depuis le 05/12/2016 au niveau de risque « élevé ».

Ainsi les mesures ci dessous s’appliquent dans toutes les communes à savoir :

- L’obligation de confinement ou de pose de filets interdisant tout contact avec les oiseaux sauvages pour tous les élevages commerciaux de volailles (sauf dérogation précisée par arrêté) et toutes les basses-cours (sans dérogation possible).

- L’interdiction de tout rassemblement de volailles vivantes, et en particulier des marchés de volailles vivantes. Les rassemblements peuvent avoir lieu sous dérogation, si notamment des dispositions sont mises en œuvre pour éviter tout risque de contamination par les oiseaux sauvages d’eau (oiseaux de la faune sauvage susceptibles d’être infectés par l’influenza aviaire) et entre volailles issues de différents élevages.

  •  L’interdiction de lâchers de gibiers à plume. Toutefois,
    les lâchers de faisans et de perdrix peuvent être, eux, autorisés sous certaines conditions, (conditions pour que les oiseaux puissent sortir de l’exploitation : une visite de biosécurité par un vétérinaire, une attestation du bon état clinique des animaux et l’élevage ne doit pas détenir de colverts ; conditions pour réduire le risque de contamination : le lâcher doit être réalisé dans une zone dans laquelle la pression de chasse est importante au moment du lâcher et le lâcher doit être effectué à distance suffisante des zones de concentration de gibiers d’eau (plans d’eau, etc).
  •  L’interdiction du transport et de l'utilisation des appelants pour la chasse au gibier d’eau sauf dérogation soumise à conditions strictes, en particulier : respect de conditions de biosécurité, pas de mélange ou de contacts entre appelants appartenant à différents détenteurs, 5 à 10 appelants maximum, pas de contact direct des appelants avec le plan d’eau, manipulation avec des gants distincts de ceux utilisés pour manipulés le gibier tiré.

Enfin, il est rappelé qu’en parallèle de ces dispositions, des mesures de biosécurité strictes doivent être respectées dans toutes les exploitations de volailles et par toutes les personnes susceptibles de rentrer dans les élevages de volailles du territoire national. La gestion de ce nouvel épisode d’influenza aviaire dépend de la mobilisation et l’engagement de tous les acteurs du secteur.

Pour en savoir plus, l'ensemble des mesures et les dérogations sont détaillées à l'adresse suivante: http://agriculture.gouv.fr/les-mesures-et-indemnisations, dans la rubrique Gestion des nouveaux cas H5N8.

Contact DDPPDirection départementale de la protection des populations de la Manche : 02 33 72 60 70

mesures de biosécurité :

> 5c_061216-Flyer-Biosécurité - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb