Lutte contre les violences sexistes et sexuelles

 

Déploiement du Plan violences dans le département de la Manche

 

Des chiffres relatifs aux violences faites aux femmes dans le département de la Manche en 2016

1023 faits de violences faites aux femmes ont été enregistrés par les forces de l'ordre,

 201 commis dans la sphère conjugale, dont 2 homicides,

 239 faits de violences sexuelles dont 66 viols et 173 agressions sexuelles,

 100 victimes mineures.

Contexte

Le protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences au sein du couple, les violences intrafamiliales et les violences faites aux femmes, a été signé le 9 mars dernier par 47 structures (publiques, privées, associatives, collectivités territoriales). Il  a pour objectif d’améliorer la réponse collective en la matière par référence au 5ème plan violences.

> Protocole départemental VIF 2017-2022 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,92 Mb

Afin de répondre à la diversité des situations, des territoires et des formes de violences, une réelle efficacité de l’action publique et partenariale dans l’ensemble du département repose sur deux moyens : la pleine mobilisation des acteurs dans les territoires et la prise en compte des spécificités locales pour adapter le déploiement des dispositifs et identifier les leviers.

Afin de développer un maillage adapté du territoire, de co-construire voire d’innover au bénéfice des publics cibles avec toutes les compétences et les volontés réunies notamment dans le protocole départemental, il est proposé une approche territorialisée expérimentale de l’animation et de la mise en œuvre du protocole.

L’enjeu consiste à combiner une coopération « verticale » tenant à la déclinaison des objectifs des politiques publiques sectorielles participant de la prévention et de la lutte contre ces violences avec une coopération dite « horizontale » mettant l'accent sur les spécificités de chaque territoire et sur les compétences et les forces locales.

En ce sens une méthode participative a été mise en place de façon concertée pour définir les actions, les inscrire territorialement et les évaluer, favorisant la cohérence entre les différentes échelles de territoires pour intervenir efficacement.

Mise en œuvre territoriale opérationnelle

La stratégie de mise en œuvre départementale est structurée selon 4 objectifs généraux identifiés dans le protocole départemental :

  • Améliorer la connaissance du phénomène des violences et des ressources à l’échelon départemental
  • Améliorer le parcours de sortie des violences et la réponse globale
  • Développer la prévention précoce des violences
  • Renforcer le travail en réseau et la coordination

La méthode repose sur 3 principes

-  Une approche systémique du contexte local pour en appréhender la réalité et permettre une vision partagée,

-  Un partenariat renforcé où chacun peut s’exprimer, donner son opinion et trouver sa place,

-  Une construction participative avec l’appui et le conseil des services institutionnels sectoriels et transverses,

Modes opératoires

Partager l’information, le diagnostic et les enjeux en associant et en mobilisant l’ensemble des acteurs pour :

  • Etablir une culture commune,
  • Repérer les forces et les faiblesses,
  • Rechercher les complémentarités,
  • Identifier les liens, les dynamiques et les processus.

Animer la concertation en impliquant les acteurs de terrain en organisant des rencontres sous divers formats en vue de :

  • Développer une culture du partage, de la transversalité,
  • Créer des réseaux opérationnels d’actions type « équipes projet »,
  • Permettre aux acteurs de mieux se connaître et de prendre l’habitude de travailler ensemble.

Afin d’impulser cette approche pour la mise en œuvre du protocole départemental, les partenaires repérés et invités à expérimenter le rôle de chef de file animateurs territoriaux/thématiques sur les axes du protocole se sont constitués en comité technique offrant l’échelon intermédiaire, pivot de la concertation locale et départementale.

> Organisation opérationnelle - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,38 Mb

Principaux résultats en 2017

- La mise en place d’un comité technique et de 3 groupes départementaux thématiques dont les premiers travaux ont débuté sur la base d’une animation en métaplan afin de définir les priorités d’action  :

  • Groupe « Prévention »
  • Groupe « Repérage, accompagnement, parcours de sortie des violences »
  • Groupe « Formation, information, communication »

- La mise en œuvre du plan violences via les dispositifs d’accueil, d’écoute, d’orientation, d’accompagnement, de prise en soin des victimes, et de prévention de la récidive.

Ceci inclut des lieux d'accueils, d'écoute et d'orientation pour les victimes, des groupes de paroles, de l’amélioration de la réponse sociale, du traitement des mains courantes, de la mise en place du Téléphone Grave Danger (6 TGD dans le département, tous pourvus), des stages de responsabilisation des auteurs de violences, des unités médico-judiciaires, des actions de prévention en milieu scolaire.

> Le rôle des professionnels - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,97 Mb

> Annuaire des professionnels de la Manche - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,02 Mb

> Téléphone grave danger (TGD) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,10 Mb

Le développement de la prévention universelle par la formation des professionnels et la sensibilisation du grand public en adéquation avec les orientations nationales et les besoins repérés en département, notamment à l’occasion de l’événementiel du 25 novembre.

Des sessions de formation interinstitutionnelles et  spécifiques par secteur sont également organisées pour agir plus efficacement en matière de repérage et de prise en charge collective. En 2016, au total, près de 1200 professionnels ont  bénéficié de ces actions et près de 2000 personnes. Cible 2017 : 700 professionnels formés.

La programmation des moyens du BOP 137 dans une recherche d’amélioration de l’équilibre territorial en matière de répartition, et de soutien des autres programmes budgétaires.

En 2017 sur une somme globale de 125742 euros au titre du BOP 137, 104820 euros concernent l'action 12 (promotion des droits, prévention et lutte contre les violences sexistes) soit 83 % des crédits consacrés au département de la Manche en recherchant des actions nouvelles  (16 % des crédits de l’action 12) outre la sécurisation des dispositifs. Le CIDFF (établi à Cherbourg) bénéficie 41 % de cette enveloppe.

A noter 10000 € de dotation exceptionnelle en faveur de l’ouverture d’un accueil de jour dans le sud du département (zone rurale) ont été annulés l’été dernier.

Afin de veiller à un équilibre territorial, environ 50000 € sont consacrés à des actions dans le centre, l’ouest et dans le sud Manche : accueil de jour, formations des professionnels, groupes de paroles, actions de prévention des violences et de lutte contre la réitération.

Des actions nouvelles sont également impulsées notamment en zone rurale en ciblant un public large.

En résumé, même si le nord Cotentin domine – pour des raisons démographiques et sociales corrélées –, le centre et le sud Manche font aussi l'objet de vigilance sur cette politique publique.

Il convient de souligner qu'une grande partie de ces actions est cofinancée par le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).

Contacts